Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2016 4 31 /03 /mars /2016 06:52
MARDI 5 AVRIL : L'Homme qui tua Liberty Valance (1962)

Réalisation : John FORD

USA, Film en noir et blanc

Date de sortie : 1962

Durée : 1H53

Acteurs principaux: John Wayne, James Stewart, Lee Marvin, Vera Miles

Langue : Anglais VOST.

Résumé:

En 1910, le sénateur Stoddard et sa femme Alice, un couple âgé, reviennent à Shinbone, dans l'Ouest, pour l'enterrement de Tom Doniphon. Le journaliste local, intrigué par la présence d'un sénateur venu assister à l'enterrement d'un cow-boy inconnu, presse Stoddard de s'expliquer. Stoddard, d'abord réticent, finit par accepter. Il évoque l'époque où fraîchement diplômé en droit, il débarqua avec l'idéal d'apporter la légalité dans l'Ouest. Il trouvera face à lui le terrible et sadique Liberty Valance… (source Wikipédia)

Basé sur un long flash-back, ce premier film du cycle « Western, Héros -anti-héros » nous propose LE BON, Ransom Stoddart (James Stewart), héros malgré lui, vrai faux héros face à Liberty Valance, une brute épaisse (Lee Marvin). L’histoire d’un honnête, faible et courageux citoyen amené à devenir une légende de l’Ouest. Comment a-t-il fait ? Demandez à John Wayne et au flash-back dans le flash-back…

Le héros : le bon ?

Pour le premier film du cycle WESTERN: “ Héros – anti héros: le bon ? la brute ? et le négro !?” , nous vous proposons de nous pencher sur le personnage du BON.

Qui est véritablement le HEROS ? Qui s’oppose réellement à qui ? Une scène de duel ou deux scènes de duel ? Avant dernier film de John Ford, le maître du genre, réunissant pour la première et la seule fois à l’écran son acteur fétiche, l’immense John Wayne (devenu lui-même un archétype du cowboy dans l’imaginaire cinématographique), et James Stewart, L’Homme qui tua Liberty Valance nous propose une déconstruction-reconstruction de la Légende de l’Ouest, et se donne comme une analyse du laboratoire de la construction du mythe américain : « When the legend becomes fact, print the legend! » (Quand légende dépasse la réalité, on publie la légende).

Western intello ? Non. Western intelligent ? Oui: le jeu « action ou vérité ? » revisité en forme westerno-philosophique : action, mensonge, ou vérité ? Pour parodier Cocteau, l’on pourrait dire que la légende du Bon est un mensonge qui dit toujours une vérité, et le cinéma ici, un mensonge qui dit la vérité.

Pour aller plus loin : Film permettant de riches analyses, nous ne prétendrons pas les synthétiser.

L’article de Wikipédia, facilement accessible sur le net, donne des pistes intéressantes et des références.

Pour un exemple d’analyse filmique de la célèbre scène du duel : un fichier PDF sera disponible sur le blog du Troisième œil (analyse de Guy Reynaud).

Partager cet article

Repost 0
Published by 3° oeil
commenter cet article

commentaires

Intro

  • : Troisième Oeil du LFT
  • Troisième Oeil du LFT
  • : échanges autour des goûts cinématographiques des uns et des autres
  • Contact

Recherche