Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 19:17
Mardi 16 mai : L'homme qui défiait l'infini (2015)

Titre original : The Man Who Knew Infinity

Réalisation : Matt Brown

Date de sortie : 2015

Durée : 1h 54m

Acteurs principaux : Dev Patel, Jeremy Irons, Toby Jones

Langue : VOSTFR

 

Synopsis :

La vie de Srinivasa Ramanujan, un des plus grands mathématiciens de notre temps. Élevé à Madras en Inde, il intègre la prestigieuse université de Cambridge en Angleterre pendant la Première Guerre mondiale et y développe de nombreuses théories mathématiques sous l'égide de son professeur G.H. Hardy.

 

Analyse proposée par Hasina Ravelonahina :

Deux figures des mathématiques s’opposent dans ce film.

Tout d’abord celle de Srinivasa Ramanujan dont l’histoire serait digne de celle d’un héros de roman. Srinivasa Ramanujan (Dev Patel) est un jeune homme pauvre en Inde à la fin du XIXe siècle. Employé comme comptable au port de Madras, sa passion sont les mathématiques et grâce à deux seuls livres (La Trigonométrie plane de S. Looney, et Synopsis of Elementary Results in Pure Mathematics de S. Carr), il parvient à trouver des résultats très prometteurs.

La deuxième figure est G.H.Hardy (Jeremy Irons). Ce chercheur atypique refuse d’endosser sa fonction de professeur. Son rôle, dit-il avec fierté, n’est pas d’enseigner mais de faire des « mathématiques pures ». Il est à la recherche de vérités et n’a nullement l’intention de donner une quelconque utilité aux mathématiques.

Il s’agit donc de l’histoire de deux hommes que tout semble opposer. L’un est un des plus grands mathématiciens d’Oxford, l’autre est un modeste commis à l’autre bout du monde, dans cet empire sur lequel le soleil ne se couche jamais. Pourtant, le travail de Ramanujan impressionne Hardi qui fait venir le jeune homme en Angleterre. Commence alors une collaboration reconnue comme la plus féconde de l’histoire des mathématiques.

Cette collaboration est houleuse : Hardi exige de Ramanujan qu’il rédige les démonstrations, qu’il explique comment il trouve ses résultats pour pouvoir être publié ; Ramanujan  s’impatiente car il considère ses résultats comme vrais (plus de 3000 théorèmes et conjonctures) et ne veut pas « perdre son temps à rédiger les démonstrations que sa Déesse lui met au bout de la langue ».

Le film présente donc deux caractères diamétralement opposés : celui que l’imaginaire populaire se représente en la personne de Hardy, entièrement dévoué à sa passion et sacrifiant ses relations avec autrui et celui de Ramanujan qui, au contraire, a besoin de ses proches auprès desquels il puise sa force et son inspiration.

Deux autres scientifiques nuancent ces deux portraits : Littewood (Toby Jones) et Bertrand Russel (Jeremy Northam). Amis et collaborateurs de G.H.Hardy, ils redonnent une dimension plus humaine à l’image du scientifique renvoyée par les protagonistes principaux : l’un participant à l’effort de guerre en réalisant du calcul balistique ; l’autre – pacifiste – se prononçant contre la guerre et devenant ainsi un traître aux yeux de nombreux Britanniques. Ces prises de position tempèrent le mysticisme et l’ascétisme des deux personnages principaux.

Le génie de Ramanujan est reconnu lorsqu’il devient membre en 1918 de la Royal Society. Il meurt en 1920 à l’âge de 34 ans.

 

Le titre du film The Man who knew infinity peut illustrer une des nombreuses découvertes de Ramanujan : « les séries numériques infinies » qui convergent rapidement vers le nombre π. Nos ordinateurs utilisent des algorithmes tirés de ces séries numériques pour avoir une bonne approximation de π (avec de millions de millions de décimaux).

      

Suggestion de lecture :

PRINCE ALBERT RAKOTO RATSIMAMANGA

Raymond William Rabemananjara - Un fils de la Lumière au service de l'Homme, de la Science et de la Paix - Volume 1 & 2 - L'Harmattan (2003)

Partager cet article

Repost 0
Published by 3° oeil
commenter cet article

commentaires

Intro

  • : Troisième Oeil du LFT
  • Troisième Oeil du LFT
  • : échanges autour des goûts cinématographiques des uns et des autres
  • Contact

Recherche